chercher
outils

La Garonne

La Garonne draine un bassin versant de 56 000 km² depuis les Pyrénées jusqu’à l’estuaire de la Gironde, sur un parcours de 525 km, dont 47 km en Espagne.

Du bassin de la Neste à celui de l’Ariège, le réseau hydrographique de la Garonne en amont de Toulouse concentre les écoulements de 150 km de la chaîne des Pyrénées. Cette disposition contribue à la formation de crues soudaines et de grande ampleur.

Le régime hydrologique de la Garonne est de type pluvio-nival, avec des hautes eaux de printemps (centrées sur le mois de mai à Portet) et un étiage de fin d’été et d’automne (centré sur le mois de septembre à Portet).

Le débit moyen journalier évolue d’amont en aval avec les apports des affluents :
- Carbonne : 120 m3/s
- Portet : 190 m3/s
- Verdun-sur-Garonne : 215 m3/s
- Malause : 394 m3/s

La pente de la Garonne est de 1,53 m/km entre Carbonne et Toulouse et de 0,70 m/km de Toulouse à Lamagistère. Ces pentes fortes confèrent à la Garonne une capacité de transport importante. Combinées avec la fourniture en matériaux grossiers issus des Pyrénées depuis la fin de la glaciation würmienne et les fortes crues, elle explique les fonds graveleux et la présence régulière de bancs de graviers.

De Carbonne à Toulouse, la plaine alluviale de la Garonne est étroite (250 mètres en moyenne), enfoncée dans les terrasses anciennes. Le lit possède un tracé régulier et vient buter fréquemment sur les falaises du Volvestre en rive gauche. La largeur moyenne du lit est de 120 mètres.

Après la traversée de Toulouse, la plaine s’élargit fortement, dans le tronçon appelé « la Garonne débordante ». Le lit mineur est large en moyenne de 150 mètres, dans une plaine d’inondation qui varie de 2 à 4 km de large. Les zones fréquemment inondables (« la bassure ») se développent en rive droite, tandis qu’en rive gauche la Garonne bute sur le rebord de la première terrasse, qui forme des falaises de 15 mètres de hauteur. Ce tronçon possède la plus grande superficie de « barthes » et de « saligues » fréquemment inondables. C’est aussi le linéaire dont les berges sont enrochées quasi systématiquement dans les concavités de méandre, mais où la plaine n’est protégée par aucune digue longitudinale.

En aval du tronçon de la Garonne « hydroélectrique », la Garonne de Carbonne à Lamagistère est peu aménagée. Les obstacles à la migration piscicole sont situés à Toulouse (chaussées du bras supérieur de l’île du Ramier et chaussée du Bazacle) et à la confluence du Tarn (Barrage de Malause - Golfech)

80% de l'eau consommée sur le territoire est prélevée dans la Garonne
(Station de Clairfont, périphérie sud-est et Rangueil)

Maison de l’environnement
de Midi-Pyrénées

14 rue de Tivoli
31068 Toulouse Cedex
Tél. : 05 34 31 97 91
contact@confluences-garonne-ariege.org